PLAnnINg – une ode écrite à Europ Assistance lors de ma courte carrière chez eux

.

J’ai déjà envie de pleurer

– couloirs du R.E.R C

.

Dans le train devant moi l’usine de retraitement s’étale

dans le soleil levant

Il y a un pont, une île

et puis la S. P. A., la casse, et le grand bâtiment

où je vais glisser 9h30 durant mon envie de vomir

avec un grand sourire

.

Le monde est une poubelle

où je m’enfonce en crachotant

.

Le samedi, j’ai le droit de fumer dans le petit bureau

et je peux voir alors les pies sur la pelouse

du complexe hôtelier

.

Mon cœur se déchire

dans les climatiseurs

.

Le jour s’allonge dans sa tombe infinie

de moquette grise et de double vitrage

.

Le jour s’allonge dans sa tombe infinie

et je me sens très jeune

et je me sens très sage

de ne pas couper mes veines au dessus du clavier

et répandre mon sang dans l’escalier de marbre

.

.

.

.

*