South Berlin/North Berlin in Berlin’s Altes Finanzamt

Between 2010 and 2011, I worked in a North Berlin Kindergarten, in Reinickendorf, while living on the other south side, in Neukölln, endlessly U-Bahn commuting between the two neighbourhoods.

I resigned after half a year

(but still do write).

After having presented a part of the then-written texts in various places and formats, Renard2000, our small equipment and me tell now in Berlin’s Filament Stanza’s nights the tale of what the city showed and imprinted on me.

For a vague notion of what might be, seen, heard and felt that evening, http://vimeo.com/36741906.

.

.

.

.

.

.

.

.

Advertisements

BERLIN SUD BERLIN NORD à Avignon

Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln.

Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Il me plaît de vousprésenter ces textes ici, à Avignon, avec Azzokal, ou en d’autres temps j’ai aussi épuisé et trouvé une partie de ma vie.

https://gaellekreens.wordpress.com/

Pour finir, mais aussi pour commencer : une étrange vidéo sur le quartier de Reinickendorf ici http://www.youtube.com/watch?v=j0Itrv3zzns

et là une autre sympathique sur celui où je vis toujours aujourd’hui http://www.youtube.com/watch?v=ZMdmbGBlyW8&feature=related

.

.

.

.

.

BERLIN SUD – BERLIN NORD : une lecture possible, à Paris le 27 janvier 2012

Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln.

Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Il me plaît de vous présenter ces textes ici, à Paris, ou en d’autres temps j’ai aussi épuisé et gagné une partie de ma vie.

.

Jeter un oeil aux sections BERLIN NORD et BERLIN SUD dans les CATEGORIES du blog pour une idée du ton de la soirée, ajouter mentalement les sons d’un clavier bas de gamme des années 90 http://www.youtube.com/watch?v=VuPMhuyPlrQ

Une étrange vidéo sur le quartier de Reinickendorf ici http://www.youtube.com/watch?v=j0Itrv3zzns

et une autre sympathique sur celui où je vis toujours aujourd’hui http://www.youtube.com/watch?v=ZMdmbGBlyW8&feature=related

.

(Entrée à prix libre)

.

.

.

.

.

Berlin Sud – Berlin Nord – une lecture possible à Lyon le 17 janvier 2012

Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln.

Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Il me plaît de passer un peu de temps avec vous maintenant pour vous dire ces textes écrits tout au long de ces mois, tout au long de ces trajets, tout au long de ces nuits blanches et noires.

Jeter un oeil aux sections BERLIN NORD et BERLIN SUD dans les CATEGORIES du blog pour une idée du ton de la soirée, ajouter mentalement les sons d’un clavier bas de gamme des années 90 http://www.youtube.com/watch?v=VuPMhuyPlrQ

.

Une étrange vidéo sur le quartier de Reinickendorf ici http://www.youtube.com/watch?v=j0Itrv3zzns

et une autre sympathique sur celui où je vis toujours aujourd’hui http://www.youtube.com/watch?v=ZMdmbGBlyW8&feature=related

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

BERLIN SUD BERLIN NORD une lecture possible, à Berlin le 14 décembre 2011

.
.
.
.
.
Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln. 
Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Je voudrais dire maintenant une partie de ces textes écrits tout au long de ces mois, tout au long de ces trajets, tout au long de ces nuits blanches, avec les sons de Renard2000.
.
.
Poster-carte-nuage et sa notice de fonctionnement par Marta Leite.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

North Berlin – The shopping district . Märkishes Zentrum

.

If there is today an international phenomenon quite similar to the Dada movement, it has to be acknowledged in the most beautiful actions of the Teddy Boys. Same contempt for art and bourgeois values, same refusal of ideologies, same will to live.

Raoul Vaneigem, Traité de Savoir Vivre à l’Usage des Jeunes Générations, 1967

.

.

How strange : it is the same brand banners all over the world, but not the same people inside.

An old woman in a woolen coat hairy like an old blanket stretches her brown skai booted legs in the McCafe.

In the deserted H&M, a saleswoman from the Chinabox stand, red costume matching her cap, is about to try an evening dress on.

The manicure business is flourishing. A masked man works on the nails of a woman with long and now blond dry hair.

Christmas is on its way ; Real is filling up with pensioners. The queue is growing in the LIDL.

On the central concrete square, the children are playing with the snow. Two men take joyfully a giant plastic Santaclaus out of a stairwell and put it by the sausage stand.

Three men in their anoraks, emptied frozen exhausted stares, are hanging around for some traffics in front of Bijoux Brigitte.

One of them shelters in his black down jacket a puppy wolfdog.

At the entry n°3, like an interlude, the sky is moving forward, quite majestic, in pale grey and pale blue.

At Rossman, perfume samplers are given away for a special offer : “Bruno Banani, not for everybody”.

.

Raoul, the Teddy Boys have changed their leather for down jackets, and the wolves have turned into dogs.

They shiver under the black feathers of a black fate.

.

But there is no fate,

.

and all is snow

All will be snow tonight

All is snow and all will be.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.