Berlin Sud – Hermannplatz

Hermannplatz,

 

                          sur ta grande plage de ciment s’échouent les êtres disloqués,

                          au pied de l’ascenseur

 

Hermannplatz

 

                         les chiens aboient sous le soleil

                         l’hiver dans tes sous-sols

 

Hermannplatz,

 

                         où viennent se briser leurs maîtres au cou raidi, la peau rongée,

                         dans les parures de notre temps

                                                                               en jean, en cuir

                                                                               en dégradé de noirs

          je vois leurs silhouettes s’allonger dans des sarcophages de néons 

          une bouteille éternelle à la main,

          comme des bébés, pour biberonner

          jusqu’à la fin du monde

 

Hermannplatz,

                         ils trinquent à ta laideur vivante

 

 

          Les angles droits du béton de la partie centrale

          dépassent de la neige

 

          Des visages humains sortent de ton terrier,

          entrent,

         te traversent

         nourrissent le grand feu de ton coeur

 

 

Hermannplatz,

                           à ta laideur vivante !

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Advertisements