BeRLiN SuD=>BeRLiN NoRD – Le Double

Comme tous les matins, à n’importe quelle heure, avant les escaliers descendant vers le quai de la ligne 8 ;

il est assis sur une caisse, contre le carrelage bleu-vert,

une barbe grise, un bonnet, un anorak, les doigts serrés autour d’un gobelet, le regard droit.

.

Je m’avance sur le sol noir clairsemé, de travailleurs du bâtiment – les seuls vêtus de couleurs,

de gens seuls.

J’atteins l’autre bout du quai immense, comme toutes les distances ici.

Sur une marche de la volée d’escaliers , il est assis, semi-recroquevillé, barbe grise, anorak, (pas de bonnet).

.

Je suis prise dans le faisceau,

perdue au milieu du miroir

.

ou bien sur une face moi aussi

alors qu’à l’autre bout

l’autre employée à 8€10 de l’heure

va faire 60 minutes de transport public

pour rejoindre l’autre bout pauvre de la ville

et rentrer ce soir,

fatiguée,

en passant devant l’un des luis

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s