I’m Sorry Again

A version of Mistake I did for the Institut für Raumexperimente’s festival at the Neue Nationalgalerie one year ago

Gaëlle Kreens . about our furture

.

.

.

.

.

.

.

.

.

a short extract of the performances in Prinzessinengärten, Berlin, with Ginebra Raventos, für Raumdichtung #3 organized by Milena Berlin, on the 22d of August 2015

.

.

.

.

Prinzessinengarten performance

on the 22d of August 2015, in Berlin Prinzessinengarten

I am really happy, it will be so peaceful to perform there, a rather short but deep travel into some of the South Berlin North Berlin sounds and moods

Milena Berlin invited the poet Ginebra Raventos and me – I will be taling in English – starting at 19:30

11258864_874937022594780_1491445843140767132_n

.

.

.

Summer City Song

.

.

women attracted to clothes shops like flies around shit

my silent social electronic box, he doesn’t want to sms me anymore

the heat makes the fleshes red and smelly

pink tongues licking dick ice creams

their shadowed eyes are closing in the metro, on all the hopes they had,

.  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I had

we make our own hell

oh yeah we know how to make it real

.

.

.

.

.

.

.

Rétro

.

.

Femmes, autre habitant éternellement l’angle mort

de leur auto-rétroviseur

dans quel lieu s’incarner

où être librement au coeur du monde

sans en être le centre ?

.

.

.

.

.

.

.

.

et voilà : my new film will be ungefähr 1 minute 45 secondes
it doesn’t have a title and the subtitles are in an unknown sign language
ah and they are no actors either
the scenario goes like “clouds clouds gem feathers cloud – fade out”

more soon

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

.

 

 

 

 

 

 

ersatz of food in our mouth

ersatz of shoes, ersatz of bags,

ersatz of cotton, wool, leather and fur

ersatz of wood, maybe of plastic

ersatz of hair in her hair

ersatz of kiss – without the tongue

ersatz of tits, ersatz of fucks

ersatz of words, i mean, like, you know

ersatz of hopes in real despair

ersatz of desires in disappeared anger

ersatz ersatz ersatz

until we totally forget

until we are totally forgotten

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

Exhibition

.

.

.

.

.

.            I am curating
.            you are curating
.            she is curating
.            he is curating
.
.           we are curating
.           you are curating
.           they are curating


.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.

MAGMANIMALS

.

And here comes our Traum17 last unconscious cloud !

Improvise with us and jump on board here

 

Tiens, la dernière nébuleuse inconsciente de notre Traum17 !

Improvisez-vous voyageurs avec nous, montez à bord ici 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Wild life

.

My involuntary love story with animals, so far

(in order of appearance, and despite a very urban european life)

 .

The white falcon and the white rat

the fat raccoon

the floating 30 dead rats

the fragile transparent geckoes

the Dracula midnight spider

the giant flying cricket

the stubborn red-tails

the attacking seagulls

the contemplative turtle

the invisible-visible whale

the rare wild turkeys

the baby-mummy-sea-otter-wave

the cigarette-pause snake

the unbelieved childhood tarantula

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Übersetzung critique, repetitions & other Fehler III

As I seem to have great difficulties in learning German,

and as I never read Rosa Luxemburg but always intended to,

and as I am sensitive to sensitive side of things and beings,

and as I like to use my “automatic translation machine” – a free spirit plunging into a language I don’t know to create an unknown version of another language and of the same text,

and as when you are in prison you need a free mind,

I then decided to work this surrealist AUTOMATIC LETTER from Rosa Luxemburg’s prison’s letters, von Deutsch original to English au français

 

Brief auf Gefängnis - 1st Juni
Automatic letter

lettre automatique.

.

.

.

.

.

.

..

.

.

Samstag Abend in Laidak

.

Laidak 29.11.13

.

An Abendveranstaltung of the Konferenz KRITISCHE THEORIE Eine Erinnerung an die Zukunft

poems for lights and voice

Samstag at 20h30 in LAIDAK.Boddinstr.42/43.12053 Neukölln

suivi de Wie Max Horkheimer einmal sogar Adorno hereinlegte

and a warm evening of friends thoughts and drinks

kritischetheorie.org

http://laidak.net/ 

 

a suite of short performances where I will use these

IMG_2991

.IMG_2989

.IMG_2999

 

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

know how

.

.

.

.

.

.

.

.

.                                                                      things are fragile

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

South Berlin – Hermannplatz

.

Hermannplatz,

.                           on your wide cement shore run aground the dislocated beings,

.                           at the foot of the lift

.

Hermannplatz,

.                            the dogs bark under the sun

.                            winter in your underground

.

Hermannplatz,

.                           where come and shatter their masters, stiff neck, pitted skin,

.                          in the fineries of our times : in jeans, in leather,

.                                                                                  in shades of black

.    I see their silhouettes lying down in neon lights sarcophagi

.   a bottle in one hand,

.   like babies

.   until the end of time

.

Hermannplatz,

.                          they drink to your alive ugliness

.

.    The central square’s concrete right angles

.    show under the snow

.

.    Human faces leave your burrow,

.    enter,

.    cross you

.    feed the great fire of your heart

.

Hermannplatz,

.                            to your alive ugliness !

 

 

.

.

.

.

.

.

.

VACANCE

.

Ils étaient quatre dans le Norma

Nous étions quatre dans le Norma

.

Ils travaillaient, c’était l’été

Nous consommions, avec modération

.

.                   Dans l’espace vide, un choix limité

.                  de marchandises sans qualité

.                                                                             en promotion

.

.

Combien vaut la journée d’un humain

.                                                                         sous les néons ?

Sous quel néon se dorent ceux qui de tout ce vide

se font tant de pognons ?

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

DON’T WORRY

.

.

.

.

.

.

.

.

.                                                    … n o t h i n g       w i l l        h a p p e n

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

DON’T WORRY

.

.

.

.

.                                                        …     y o u   ‘  l l        f o r g e t

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

on Love

.

on the desire to see you existing

.

And if love is not a projection but projection is love, like a screen

a sheltered passage

to filter the violence

.         the purity

.         the obvious

.

The desire to see you alive

how everything seems justified

in your very presence

how you are incarnated

.

And if it is projection that’s love

.         to protect

from this angle, what is this angle ?

from which I am watching you

from which my entire being is exposed

to the radiance of your presence

.

to the mere thought of your existence

.

.

Like a screen, Like a veil

.

on this strange pain

 

.

.

 

.

.

de l’Amour

.

 .

du désir de te voir exister

 .

Et si l’amour n’est pas une projection mais la projection l’amour, comme un écran

un passage à l’abri

pour filtrer la violence

             la pureté

             l’évidence

 .

Le désir de te voir en vie

comme tout semble justifié

dans ta seule présence

comme tu es incarné

.

Et si la projection c’est l’amour

.pour se protéger

de cet angle, quel est cet angle ?

d’où je te regarde

d’où tout mon être est exposé

au rayonnement de ta présence

 .

à la pensée même de ton existence

 .

.

Comme un écran, Comme un voile

 .

sur cette étrange souffrance

 

 

.

.

.

.

.

.

.

.

Amis

 

Amis de lit

nous avons bien baisé

je baise vos pieds je suis à genoux

Nous avons bien baisé

bien revu à la baisse

ce qu’il restait nous l’avons revu

nous l’avons bien baisé

comme la vie nous baise

Chairs, amis de lit

à genoux devant ce qu’il reste

nous avons bien baisé

ce qu’il restait

bien épuisé

Je baise les pieds du lit

où jamais la tendresse n’a survécu au jour

qu’est-ce qu’il nous reste ?

A genoux si vous vient parfois

la solitude

comme la vie nous baise

– que nous reste-t-il mes amis ?

comme jamais on ne peut la baiser

.

.

.

.

.

.

.

To William Burroughs’ Son

 

To Burroughs’ son

.    who will remember you ?

that stood totally alone between the walls of desolation

.

that no one was seeing, or writing about

.

.

To Burroughs’ son that no rock star is proud to have met

.

that only ran from milk to drug

to death

.           a reverse shooting star, without a shine

.                     from dark

                      to dark

.

.

.

.

.

.

Au fils de William Burroughs

 

Au fils de Burroughs

.    qui se souviendra de toi ?

qui s’est trouvé totalement seul entre les murs de désolation

.

que personne ne voyait, dont personne ne s’inspirait

.

.

Au fils de Burroughs, qu’aucune rock star n’est fière d’avoir connu

.

passé du lait à la drogue

à la mort

.          l’inverse d’une étoile filante, sans un éclat

.                      traçant noir

.                      sur fond noir

.

.

.

.

.

.

.

. Spring . all the

.

Spring

.       all the birds settled on a single branch

.

.       all the weight of flowers and leaves

.       on a single branch

.

.      all the fruits to come on a single branch

.      that will spoil in my heart

.

.

.

.

.

.

.

.

Printemps

.          tous les oiseaux se sont posés sur une seule branche

.

.          tout le poids des fleurs et des feuilles

.          sur une seule branche

.

.          tous les fruits à venir sur une seule branche

.          pourriront dans mon coeur

.

.

.

.

.

.

Sans titre

.

Paris, je suis passée par mon ancienne rue

à l’angle toujours Le Méry, même s’il n’est plus

le cinéma porno de mon enfance

les hommes seuls et saouls le dimanche

soir dans la nuit rue Biot

Place Clichy, l’odeur du métro

sous la grille

.

l’appartement cambriolé

.

la poussière noire sur les volets

.

les devoirs encore à finir

.

.

.

.

.

SouTh BeRLiN SuD in HiMo

IMG_20130310_222615

Sonntag, 10. März, 17.30 Uhr saw the very very VERY nice late afternoon reading and party in HIMO hat shop of Mimosa Pale.

The occasion to party was to celebrate the issue of the poet Nikola Richter’s book Poesía del Parque, written in espanol falso, and beautifully published by the collective MiLeNa BeRLiN, run by Katja von Helldorff and Cristian Forte

IMG_0611

 

Invited by Nikola Richter, along with Felipe Dias De, to read with her in the amazing workshop and shop of Mimosa, I proposed an acoustic and double language version of four texts. Jumping from minikeyboard vibrations for The Ghost to a real piano version of L’Interprétation of Dreams, to a transe Amputee of Line #8, and finishing on a tiny platform for a dark-medieval styled declamatory of the late unpublished Hermannplatz.

IMG_0613

I had the greatest fun, and was proud to seem to fairly catch Nikola’s daughter attention. The following spontaneous party, with gorgeous cocktails at the bar and amazing Singende Säge playing session by Mimosa, was really nice.


IMG_0622 IMG_0616

 

Here is even a tiny flash video of the Hermannplatz piece with the lyre-like-weenie-keyboard https://vimeo.com/62180310 

.

IMG_0628

Sincere Thank yous to Nikola and Cristian and Katja and Mimosa

Photos by Anna-Sofia Sysser


 www.poetenladen.de/nikola-richter.htm

www.milenaberlin.blogspot.com 

http://www.himo.mimosapale.com/#himo

www.filipediasde.blogspot.com

http://annasofiasysser.wordpress.com/about/

The invisible

Wednesday, with South Berlin-North Berlin, I was part of a festival organised by the English Theatre Berlin, speaking singing switching on switching off my lights on a wide black wooden floor, in front of a scattered audience.

Thursday, I took advantage of my artist pass and attended a long evening of performances.

At the break, tight and stiff in the middle of the others, I recognise seated in front of me one of the official photographers of the theatre, that was there the day before for my reading.

I look at him, his eyes turn towards my face, go through, unwaveringly empty, as far as I am concerned.

I turn over, accepting my incognito solitary writer destiny. The slender silhouette of a young woman with long brown hair appears in the right shot.

The photographer’s voice, exactly behind me, leaps and takes its chance :

“You are… ? I took photos during your performance… oh there’s never enough light… yesterday there was the performance of a French girl (he says “girl” indeed). It was very French, very French… she was changing the lights and every time I was hoping she would finally throw something decent, but no, she stayed in the dark all the time… but you would have liked it. Hum, if you want I can have your photos ready sooner, instead of having to wait for the theatre to deal with it… here is my card…”

To distinguish between the voice of the optical obsessed from the one of the night seducer – or from the bashful lover

and to continue to speak from the darkness.

IMG_2242

Dans la foule invisible

 Mercredi, avec South Berlin-North Berlin, je participais à un festival organisé par The English Theatre Berlin, parlant chantant allumant éteignant mes lumières sur un grand plancher noir, devant un public clairsemé.

Jeudi je profitais de mon pass d’artiste et me rendais à une longue soirée de performances. A la pause, serrée, un peu raide au milieu des autres, je reconnais assis devant moi le photographe officiel du théâtre, présent la veille lors de ma lecture.

Je le regarde, ses yeux se déplacent sur mon visage, le traversent, résolument vides, en ce qui me concerne.

Je me retourne, acceptant mon destin d’écrivain solitaire incognito. La silhouette svelte d’une jeune femme aux longs cheveux bruns entre dans mon champ droit. La voix du photographe, exactement derrière moi, s’élance et tente sa chance :

“Vous êtes … ? Je vous ai prise en photo lors de votre performance… oh il n’y a jamais assez de lumière… hier il y avait la performance d’une française (il dit “French girl”). C’était très français, très français… elle changeait les lumières et à chaque fois j’espérais qu’elle allait enfin envoyer quelque chose de potable, mais non, elle est restée dans le noir tout le temps… Mais vous auriez bien aimé. Heu si vous voulez je peux vous faire parvenir vos photos plus vite, plutôt que d’attendre que le théâtre ait le temps de s’en occuper… voilà ma carte…”

Démêler le point de vue de l’obsédé d’optique de celui du dragueur d’un soir – ou de l’amoureux transi

et continuer à parler depuis l’obscurité.  

 

 

IMG_2242

.

.

.

.

.

BRÉTIGNY A contemporary moment


Why the hell were we going to Brétigny ?

Doubt was sneaking in on the R.E.R. platform as a thirty minute trip from Châtelet was about to start. Exotic from the boarding onwards, the journey opened by discussing with a white-collar worker, familiar with the complexity of public transport, who tried to convince us of the advantages of fresh-air-suburban-life.

In Brétigny-Gare, a cheerful communication with local shopkeepers showed us the way to the contemporary art centre where a presentation of performances was waiting for us within the context of a “Noise & Capitalism” event. By coincidence, an acquaintance from Berlin had been invited to perform. Despite his very doubtful air on what could this story of Noise & Capitalism be all about, I had decided not to miss this, and to take Constance with me, delighted to “travel at last out of Paris”, had she said with a childlike look while staring at the flashing-by trees through the train dirty window.

The C.A.C (contemporary art centre) was standing in the middle of anonymity. We could have been anywhere in France (but certainly in France), in front of the cemented high school, by the gymnasium, opposite the parking lot. Strangely new, well laid out, well equipped, it was impatiently waiting for us, if we were to believe the intrigued and happy eyes of the group of male adults, trendy clothes and hairdos, in front of the glass doors. A smaller group of Emokids was facing them. We were clearly in presence of the artistic professional team on one side, on the other of its only audience, freshly coming out of the aforementioned school. Our arrival was undoubtedly bringing a touch of enthusiasm to the thirty-year-olds smoking in front of the small poster, that was attempting to entice the teenagers with a “Tonight noise concert”.

The first performance, from the Berliner acquaintance, was presenting to the nearly empty room the doubts of its performer concerning the validity itself of his presence amongst us. Seated, crossed legs, in an international English mixed with a strong Argentinian accent he was slowly listing Wikipedia extracts and series of questions on the whys and wherefores of noise, every now and then interrupting the reading of his paper to glance at the room with dark, inquiring or intense eyes, it was hard to say. To take his revenge for his perplexity maybe, or for lack of a better idea, he then had undertaken to invite the festival curator to comment a selection of quotations that, he was to reveal only at the end, came from the next performer on the list. The curator-artist started thus to publicly denigrate one of his guests. I turned around, fingers stuck in my ears, while the Berliner with the Argentinian accent, now standing up, was hitting a small metallic object with a stick, to prove to us he could be very noisy too, if he wanted: the room had entirely emptied from its audience, apart from us and the professional team, the Emokids having strangely disappeared without us noticing.

The next on the list, the noise Polish musician, and a loyal stooge already fairly soaked, got down to work. Very ill-prepared for the event, we had to make a swift move and evacuate the room. I was soon sneaking in again, two pellets of kleenex firmly stuck into my ears. The sensation must had been the same immersed in a 747 jet engine. The experience was not totally uninteresting: I was seeing more clearly the link with capitalism. I had spent several years of salary work in school dining halls, and always well believed the studies comparing the sonic level there to precisely the one of a landing runway.

After a short break, we prepared ourselves to brave the third performance. A bowler-hatted young man, swirling between the speakers, was hurling as much noise as he could, helped by various accessories, mimicking rock stars’ grin, spiting into the air, falling on his knees… I confess, I was experiencing focusing difficulties: on the glass doors’ side widely opened onto the granite-like pavement, some minor events were occurring.

A group of joggers in full fluorescent gears, the five faces turned by the surprise towards the sonic epicentre, crossed the space in slow motion.

A lady walking her yorkshire was starting a conversation with the Polish bruitiste. She was visibly exhorting her dog to listen to the performance. The latter, however, gave up.

But a few minutes later, in the distance, a mob of women over sixty was approaching, their yorkshires anticipating them from their leashes’ end (I insist, these were yorkshires only, even from this distance I was well aware of it).

Alas, just like with the Emokids, the next peek revealed a scene entirely emptied from its actors.

In my back, the Polish’s loyal companion had dozed off in a large white pouf, a sherry bottle by his side, a put up rolled cigarette between his fingers.

Adopted by the professional team, the evening went on for us in the Asian restaurant of Brétigny. We were clearly for the owner an unexpected windfall, she got the tables moved. All this had an air of costume drama, the inevitable scene when they enter the inn. Jugs were ordered ; she was trying, order book in one hand, to convince us to take the all you can eat menu. The two noisy musicians, completely drunk for the loyal stooge, harder to say for the noise master, were insulting the staff behind their back, sending back the rosé jugs to ask for red, the sherry dregs stashed at their feet under the table. The more conceptual artists were worried about their vegetarian diet: should they take sticky rice ? The French menu was confusing… I had to choose for some, others produced a “vegetarian passport”. The latter was presenting with simple drawings the authorized ingredients. The owner burst into uncontrollable laughter, and ignoring the aggressive muttering in alcoholic Polenglish at the end of the table, came back asking with a radiant look on her face: “Who wants more beer ?”. I was keeping an eye open on the vegetarian menus, but probably lacked vigilance concerning the non-alcoholic drinks. An exuberant diabolo menthe1 substituted thus for the original order – a plain lemonade. The Scotsman’s expression, discovering with his first sip the very existence of diabolo menthe’s concept, betrayed his concern about the matching possibilities of this beverage with the sticky rice’s more subtle notes.

In front of me, the Berliner Argentinian was starting a dialog attempt with the Polish seated two chairs further. “You are confused and dishonest !”, hurled the latter with the anger of a man that might have been drunk but was still fit enough to charge very literally into him.

Alas, I lacked courage and left them there to their burgeoning friendship, and I freely admit, thus also abandoned Constance to the doomed end of the table’s clutches ; and turning myself casually to the right, I focused on more gentle and civilised conversations.

Things, in the end, cooled down. We ordered the bill, we said good bye.

The last R.E.R. headed for Paris.

1Mint and lemonade

.

.A Bretigny

.

.

.

.

.

 

A BRETIGNY – Un moment contemporain

 

Qu’est-ce qu’on allait foutre à Brétigny ?
Le doute s’insinuait en moi sur le quai du R.E.R., alors que se préparait un voyage d’une demi-heure au départ du Châtelet. Dépaysées dès l’embarquement, nous entamâmes une discussion avec un travailleur en col blanc, habitué des complexités des transports publics, qui tenta bien de nous convaincre des avantages de la vie au grand air de la région parisienne.
A Brétigny-Gare, des échanges enjoués avec des commerçants locaux nous indiquèrent la route à prendre jusqu’au centre d’art contemporain où nous attendait une présentation de performances, dans le cadre d’un événement “Noise & Capitalisme”. Le hasard avait fait qu’une connaissance berlinoise y avait été invitée, pour performer, et malgré son air très dubitatif quant à ce que pouvait bien signifier cette histoire de Noise & Capitalisme, j’avais décidé de ne pas rater ça, et d’embarquer avec moi Constance, ravie de “voyager enfin hors de Paris”, avait-elle dit d’un air enfantin en regardant défiler les arbres par la vitre sale du train.

Le C.A.C (centre d’art contemporain) était posé au milieu de l’anonymat. Nous aurions pu être n’importe où en France (mais très certainement en France), devant le lycée cimenté, près de la salle polyvalente, en face du parking. Curieusement neuf, bien agencé, bien équipé, il nous attendait impatiemment, à en croire les regards intrigués et contents de la bande d’adultes mâles, tenues et coiffures branchées, squattant devant les portes vitrées. En face se tenait une bande plus réduite d’Emokids. Nous avions visiblement affaire d’un côté à l’équipe professionnelle artistique, de l’autre à son unique public, tout frais sortis du lycée d’en face. Notre arrivée ne manqua donc certainement pas de redonner un peu d’enthousiasme aux trentenaires fumant devant l’affichette, qui tentait d’appâter les ados d’un “Ce soir concert noise”.

La première performance, celle du Berlinois de mes connaissances, présentait devant une salle quasiment vide les doutes de son performer quant à la validité même de sa présence ici parmi nous. Assis, les jambes croisées, il égrainait lentement d’un anglais international fortement mâtiné d’accent argentin extraits de Wikipedia et série de questions sur les pourquoi et les comment du noise, interrompant par moment la lecture de son papier pour jeter devant lui des regards sombres, interrogateurs ou intenses, c’était difficile à dire. Pour se venger de sa perplexité peut-être, ou faute d’une meilleure idée, il avait ensuite entrepris d’inviter l’organisateur du festival à commenter un choix de citations, qui, ne nous révélerait-il qu’à la fin, provenaient du prochain performer à venir sur la liste. L’artiste-organisateur se retrouva ainsi sans le savoir en train de dénigrer publiquement un de ses invités. Je me tournais, les doigts enfoncés dans les oreilles, pendant que le Berlinois à l’accent argentin, désormais debout, frappait un petit objet métallique avec une baguette, pour nous prouver qu’il pouvait être très noisy, lui aussi, s’il le voulait : la salle s’était entièrement vidée de son public hormis nous deux et l’équipe professionnelle, les Emokids ayant étrangement vidé les lieux sans que nous nous en soyons aperçues.

Le suivant sur la liste, le musicien noise polonais, et un fidèle comparse déjà passablement alcoolisé, se mirent au travail. Très mal préparées à l’événement, il fallut évacuer rapidement la salle. Je m’y glissais bientôt à nouveau, deux bouloches de kleenex solidement enfoncées dans les oreilles. La sensation devait être la même plongée dans le réacteur d’un Boeing 747. L’expérience n’était pas complètement inintéressante. Je voyais plus clairement le lien avec le capitalisme. J’avais passé plusieurs années de travail salarié dans des cantines scolaires, et avais toujours bien voulu croire les études comparant le volume sonore qui y règne avec justement celui d’une piste d’atterrissage.

Après une courte pause, nous nous préparâmes à affronter la troisième performance. Un homme jeune en chapeau, tournoyant entre les speakers, balançait du bruit tant qu’il pouvait à l’aide d’accessoires variés, mimant les rictus des rock-stars, crachant en l’air, se mettant à genoux… J’avoue, j’éprouvais quelques difficultés de concentration : du côté des portes vitrées largement ouvertes sur le parvis granité, de menus événements passionnants prenaient place.
Une bande de joggeurs aux costumes intégralement fluorescents, les cinq visages tournés par la surprise vers l’épicentre sonore, traversa l’espace au ralenti.
Une dame promenant son yorkshire entamait une discussion avec le bruitiste polonais. Elle exhortait visiblement son chien à écouter la performance. Ce dernier, cependant, renonça.
Mais quelques minutes plus tard, au loin, un attroupement de femmes de plus de soixante ans approchait, leurs yorkshires les devançant du bout de leurs laisses (j’insiste, il s’agissait uniquement de yorkshires, même à cette distance je m’en rendais bien compte).
Hélas, tout comme avec les Emokids, au coup d’œil suivant la scène s’était entièrement vidée de ses acteurs.
Derrière moi, le fidèle compagnon du Polonais s’était assoupi dans un grand pouf blanc, une bouteille de porto à ses côtés, une cigarette roulée éteinte au bout des doigts.

Adoptées par l’équipe professionnelle, la soirée se continua pour nous dans le restaurant asiatique de Brétigny. Nous étions clairement pour la patronne une aubaine inattendue, elle fit déplacer les tables. Tout cela n’était pas sans me rappeler la traditionnelle scène de l’auberge de tout bon film en costume. On commandait des pichets ; elle essayait, carnet à la main, de nous convaincre de prendre le menu à volonté. Les deux musiciens noise, complètement saoul pour le fidèle comparse, plus difficile à dire pour le maître noise, insultaient à couvert le personnel, renvoyant les pichets de rosé pour réclamer du rouge, le fond de bouteille de porto planqué à leurs pieds sous la table. Les artistes plus conceptuels s’inquiétaient quant à leur régime végétarien : devaient-ils prendre du riz gluant ? Le menu en français était confus… je dus choisir pour certains, d’autres produisirent un “passeport végétarien”. Celui-ci présentait avec des dessins simples ce qu’il était autorisé de consommer. La patronne parti d’un fou rire incontrôlable, et ignorant le marmotage agressif en polanglais alcoolisé des musiciens en bout de table, revint en demandant d’un air radieux : “Qui reprend des bières ?”. Je veillais au grain niveau menus végétariens, mais manquait probablement de vigilance quant aux boissons non-alcoolisées. Un exubérant diabolo menthe se substitua ainsi à la commande originale – une simple limonade. Le regard de l’Ecossais, qui découvrait avec cette première gorgée l’existence même du concept de diabolo menthe, trahit son inquiétude quant aux possibilités d’accorder ce breuvage avec les notes plus subtiles du riz gluant.
En face de moi, l’Argentin berlinois entamait une tentative de dialogue avec le Polonais assis deux chaises plus loin. “Tu es confus et malhonnête !”, lui balança ce dernier avec la hargne d’un homme peut-être saoul mais encore assez en forme pour lui foncer très littéralement dans le bide.
Hélas, je manquais de courage et les abandonnais là à leur amitié naissante, et je le reconnais volontiers, abandonnais par là même Constance aux griffes du carré maudit en bout de table ; et me tournant négligemment vers la droite, je me concentrais sur des conversations plus douces et plus civilisées.

Les choses, finalement, s’apaisèrent. On commanda l’addition, on se dit au revoir.
Le dernier R.E.R. rejoignit Paris.

.

A Bretigny

 

.

.

.

.

.

Editions ß Verlag Publishing in Portable Book Fair #4

Les éditions ß Verlag Publishing seront présentes le Mercredi WednesdayMittwoch 19 Décembre 2012  à la 4ème édition de la Portable Book Fair, à Berlin, salon des livres auto et alternativement publiés et fabriqués.

Bring your own self made books and things, from 20h on in Altes Finanzamt !

Image

I will do a reading of some texts from South Berlin – North Berlin

and will also bring ß record-books and some Traum17 and – Felino, svegliati ! records,

as well as books and revues from fellow alternative publishers Ab Irato and L’insomniaque and from friend and partner in crime artist Marta Leite

More plus d’Informations http://kombinatliteraturberlin.com/portable-book-fair-berlin-04/

IMG_1137

Berlin Sud – Hermannplatz

Hermannplatz,

 

                          sur ta grande plage de ciment s’échouent les êtres disloqués,

                          au pied de l’ascenseur

 

Hermannplatz

 

                         les chiens aboient sous le soleil

                         l’hiver dans tes sous-sols

 

Hermannplatz,

 

                         où viennent se briser leurs maîtres au cou raidi, la peau rongée,

                         dans les parures de notre temps

                                                                               en jean, en cuir

                                                                               en dégradé de noirs

          je vois leurs silhouettes s’allonger dans des sarcophages de néons 

          une bouteille éternelle à la main,

          comme des bébés, pour biberonner

          jusqu’à la fin du monde

 

Hermannplatz,

                         ils trinquent à ta laideur vivante

 

 

          Les angles droits du béton de la partie centrale

          dépassent de la neige

 

          Des visages humains sortent de ton terrier,

          entrent,

         te traversent

         nourrissent le grand feu de ton coeur

 

 

Hermannplatz,

                           à ta laideur vivante !

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Voyages

.

J’ai acheté pour l’avion le Monde Diplomatique, dans lequel une double page enquête sur l’obésité mondiale, un sujet mystérieux, auquel je réfléchis souvent.

Arrivée à Lisbonne, dans le métro, face à moi une femme obèse se tient assise. Elle porte au poignet un bracelet en caoutchouc Coca-Cola.

Quelques stations plus tard, une adolescente (ou était-ce une jeune femme ?) prend place sur l’autre banquette.
Je remarque son très beau visage, comme sorti d’une bd de Pichard. Je pense aux corps rebondis de ces personnages de mon enfance, leurs seins, leurs culs, leurs bouches, qui me faisaient un peu peur.
Au lieu d’interpréter son corps comme celui d’une presque obèse, ou disons : en surpoids, ne peut-on la voir plutôt comme l’une de ces créatures ?
Je détaille ses vêtements, cherchant à y déceler les atours d’une séductrice. Un t-shirt orange, un caleçon plissant sur ses chevilles, et plus haut, posée sur ses genoux, une banane réfrigérante estampillée Danone.

Arrivée à destination, tout à la ramification habituelle de mes pensées, je cherche la correspondance.
Confrontée au choix entre la file d’attente pour l’escalator géant et d’interminables marches, la femme au bracelet Coca-Cola a préféré l’ascenseur, et elle nous double d’un air satisfait.

Je croyais avoir trouvé en Allemagne une image des U.S.A. L’Allemagne et ses obèses, ses bikers, ses coupes de cheveux extravagantes (et ses couleurs), ses rayons ketchup à l’infini…
Je croyais arriver à Lisbonne en terre européenne, en fruits, en légumes.
Mais mes premiers regards sont pris entre les cuisses grasses, écrasées sur les bancs de bois d’adolescentes triturant des portables, des canettes gazeuses posées comme des accessoires à leurs côtés.

A la fin, que voulais-je dire avec cette idée qu’ici aussi, “c’était l’Amérique” ?
Sur le quai de la gare routière enfin atteinte, un couple de jeunes Allemands blonds, la graisse moulée en t-shirts kaki et shorts, piercings.
– Obèses et piercings – “c’était l’Amérique”, au fond que cela voulait-il dire ?
Perplexe face aux mouvements du monde, comme souvent, ou comme toujours, j’écrivais ceci en me disant que décidément, je devrais étudier un peu avant de voyager.

Sur ce, j’embarquais avec bonheur pour quatre heures de route en direction du Sud, quatre heures à boire du regard les lieux, les gens, la lumière.

.

.

Mais au moment du départ, une femme se précipite dans le bus, son enfant sur la hanche.
La peau bronzée, son visage aux traits réguliers, ses yeux verts ou gris, d’une couleur intermédiaire, son corps pulpeux et ferme, elle s’enfonce dans un siège, son petit garçon emporté contre son ventre et ses cuisses.
Sa robe à bretelles en soie turquoise épouse absolument chaque once de chair, là où elle est censée la recouvrir, laissant voir la ligne de ses bas, à mi-cuisse.
Fascinée, je ne peux détourner mes yeux. Marilyn n’a qu’à bien se tenir, revoilà Pichard !
Son enfant, pouce en bouche, fouille dans son décolleté et y trouve la pointe de son sein. Elle caresse son front et enveloppe son petit corps du sien.
Il me regarde d’un oeil avant de sombrer totalement dans son nirvana.

A la dernière minute, je suis passée de l’Amérique en surpoids à l’enfance de Fellini.
Derrière elle, un homme âgé mange des fruits de la passion.

Epilogue

La femme à la robe de soie turquoise chante pendant le sommeil de son garçon, à voix basse, des chants gitans.
Puis elle réveille son enfant et l’enveloppe de mille gestes, anticipant et forçant toutes les intentions. Elle décide tout.
L’enfant semble parfaitement adapté à ses mouvements.

Devant moi un  autre enfant, en surpoids, joue avec son père.

A l’entrée dans une ville, le bus ralenti, prépare son arrêt.

La gitane libère ses cheveux châtains.

.

.

.

.

M(Psyb)istake

Souvenir des livres éclaboussés à la bibliothèque psychanalytique de Berlin, le 1er septembre

 

 

 

 

 

 

IMG_9264

 

 

PsyBi_Sommerfest2012_06

 

 

PsyBi_Sommerfest2012_08 PsyBi_Sommerfest2012_14

FROM A (MISSING) DOLL

Sur la page des Auteurs Anonymes, on peut voir quelques images du contenu de FROM A (MISSING) DOLL, le projet de BD collective autour d’une histoire vraie concernant 1924, Kafka, une petite fille, un banc, une poupée, des lettres…

Chut, mais j’ai anonymement participé à l’une des lettres soigneusement empaquetées dans ce recueil, mais écrites on ne sait trop par qui, finalement.

http://anonymousauthoreditions.blogspot.de/p/from-missing-doll.html

Who did write and torn those letters and why, I wonder. But you can try to search by yourself reading FROM A (MISSING) DOLL’s letters.  The link above will lead you to images of this collective comics project around this true story involving a bench, a park, a doll, Kafka, a little girl…

Launch evening (with book copies) in Berlin on the 12th of July, in Altes Finanzamt.

J’emmènerai des exemplaires à Paris, s’il en reste, lors de ma prochaine visite

.

2 Pieces

.

Berlin, tomorrow : along with 9 other poets, in an old sort of steel tower, somewhere on the former Flughafen Tempelhof, between 20h and 22h, I will perform “Mistake” and a new piece : “Memory Transfer“.

It will all be brought to minimalist manner for hopefully interesting effects.

(Homemade Automatic Translation) Berlin, demain : avec 9 autres poètes, dans un genre de vieille tour de tôle, quelque part dans l’ancien aéroport de Tempelhof, entre 20h et 22h, je présenterai “Mistake“, et une nouvelle pièce : “Memory Transfer“.

La façon sera simplifiée autant que possible, pour je l’espère une impression intéressante.

.invitation to………………………………………. the world is not fair ………………………………………. UNFAIR POETRY and other things

.

.

to come

.

::: A former airport, a poetic Fonktionär temporay job, a Poetry Market, unconscious rhythm and vice-versa, a Torn Letter… all this on the NeWS page of this blog for the coming weeks :::

::: Un ancien aéroport, un job temporaire de Poète-Fonktionär , un Marché de la Poésie, l’inconscient du rythme et vice-versa, une Lettre Déchirée… tout ça dans la page NeWS de ce même blog pour les semaines à venir:::

(et un exemple pratique du fameux quotient de foisonnement de 1,5 % lors de la traduction de l’anglais au français)

.

Mistake in TICK journal

A version of (typing) Mistake appears at the 00:05:30 countdown of issue #1 of on-line TICK Journal !

TICK is curated by a rotating group of artists and writers from the Institut für Raumexperimente, UdK Berlin.

to hear and see it http://tickjournal.com/issue-1/00-05-30//,

On Saturday June 23, at 19h30, I am invited to perform two pieces in former Flughafen Tempelhof  in the Raumexperimente Pavillion of  “The World is not Fair – The great World’s Fair 2012”, organised by Hebbel am Ufer and raumlaborberlin.

Plan to the Exhibition : Die Große Welt Austellung

.

.

.

UNadressEd

.

.

.

.                                                     I love

.                                                                                           nowhere

.                                                     I live

.                                                                                           no one

.

.

.

.

.

.

PLAnnINg – une ode écrite à Europ Assistance lors de ma courte carrière chez eux

.

J’ai déjà envie de pleurer

– couloirs du R.E.R C

.

Dans le train devant moi l’usine de retraitement s’étale

dans le soleil levant

Il y a un pont, une île

et puis la S. P. A., la casse, et le grand bâtiment

où je vais glisser 9h30 durant mon envie de vomir

avec un grand sourire

.

Le monde est une poubelle

où je m’enfonce en crachotant

.

Le samedi, j’ai le droit de fumer dans le petit bureau

et je peux voir alors les pies sur la pelouse

du complexe hôtelier

.

Mon cœur se déchire

dans les climatiseurs

.

Le jour s’allonge dans sa tombe infinie

de moquette grise et de double vitrage

.

Le jour s’allonge dans sa tombe infinie

et je me sens très jeune

et je me sens très sage

de ne pas couper mes veines au dessus du clavier

et répandre mon sang dans l’escalier de marbre

.

.

.

.

*

South Berlin/North Berlin in Berlin’s Altes Finanzamt

Between 2010 and 2011, I worked in a North Berlin Kindergarten, in Reinickendorf, while living on the other south side, in Neukölln, endlessly U-Bahn commuting between the two neighbourhoods.

I resigned after half a year

(but still do write).

After having presented a part of the then-written texts in various places and formats, Renard2000, our small equipment and me tell now in Berlin’s Filament Stanza’s nights the tale of what the city showed and imprinted on me.

For a vague notion of what might be, seen, heard and felt that evening, http://vimeo.com/36741906.

.

.

.

.

.

.

.

.

Bestiaire R.

 
 
 
 
 
 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . STARTISTIC
 
 
 . . . . . . . . . . . . . . Well you cannot count, anymore
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Bestiaire E.

 
 
 
 
 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASSIANCE
 
 
 . . . . . . . . . . . . . Quand la pulsion prend son temps.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le pont Cristal

 

 

 

De ta planète

 

à ma planète

 

 

dans le même univers

 

. . . . . . . . . . . . . . . infini

 

 

tendre un fil

 

 

aussi fin et fragile

 

qu’on sait

 

 

aussi solide

 

qu’on peut

 

 

de toute la force

 

du désir

 

 

. . . . . . . . . . entre nous

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

.

.

Crystal bridge

 

 

 

From your planet

 

to my planet

 

 

in the same universe

 

. . . . . . . . . . . . . . . . infinite

 

 

to tighten

 

a thread

 

 

as thin and fragile

 

as we know

 

 

as strong

 

as we can

 

 

of all the strength

 

of desire

 

 

. . . . . . between us

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

PASSION : (English)

.

Because it is over from the very first moment.

Like a vow, for ever and ever

the voice repeats, echoes on the walls of the cage

from where your claws are searching

to escape

« there was no

there is no

there shall be no »

you and me.

How

many

how

long

inside

unwinding the missing double-thread from this empty reel ?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

PASSION : (français)

.

C’est parce que c’est fini dès le premier instant.

Comme un serment, pour toujours et à jamais

la voix répète en écho sur les parois de la cage

dont vous cherchez de vos griffes

l’issue

« Il n’y a pas eu

Il n’y a pas

Il n’y aura pas »

de toi et de moi.

Combien,

combien de temps,

à l’intérieur

à dérouler le double fil absent de cette bobine vide ?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Regarder

.

Marcher longtemps

pour atteindre le sommet

pour avoir une vision claire du chemin de ce monde

qui se révèle entre tes privilèges et ton état d’esclave

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

In

you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you  you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you    I    you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you you

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

BERLIN SUD BERLIN NORD à Avignon

Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln.

Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Il me plaît de vousprésenter ces textes ici, à Avignon, avec Azzokal, ou en d’autres temps j’ai aussi épuisé et trouvé une partie de ma vie.

https://gaellekreens.wordpress.com/

Pour finir, mais aussi pour commencer : une étrange vidéo sur le quartier de Reinickendorf ici http://www.youtube.com/watch?v=j0Itrv3zzns

et là une autre sympathique sur celui où je vis toujours aujourd’hui http://www.youtube.com/watch?v=ZMdmbGBlyW8&feature=related

.

.

.

.

.

TRaVeRSee

.

.

. train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train

qui laisse regarder, vagabonder, fixer,

voir

tu vas toujours trop vite

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

THRouGH

.

.

. train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train . . train

giving time to watch, glance, stare

see

you are always too fast

.

.

.

.

.

.

.

.

.

BERLIN SUD – BERLIN NORD : une lecture possible, à Paris le 27 janvier 2012

Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln.

Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Il me plaît de vous présenter ces textes ici, à Paris, ou en d’autres temps j’ai aussi épuisé et gagné une partie de ma vie.

.

Jeter un oeil aux sections BERLIN NORD et BERLIN SUD dans les CATEGORIES du blog pour une idée du ton de la soirée, ajouter mentalement les sons d’un clavier bas de gamme des années 90 http://www.youtube.com/watch?v=VuPMhuyPlrQ

Une étrange vidéo sur le quartier de Reinickendorf ici http://www.youtube.com/watch?v=j0Itrv3zzns

et une autre sympathique sur celui où je vis toujours aujourd’hui http://www.youtube.com/watch?v=ZMdmbGBlyW8&feature=related

.

(Entrée à prix libre)

.

.

.

.

.

The Wishers’ Club – Winter Menu

.

.

. . . . Starter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Two

.

. . . . Today’s Special . . . . . . . . . . . . Tender

.

. . . . Dessert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fleshes

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Consume without delay

.

.

.

.

.

.

.

Le Club des Espérants – Menu d’hiver

.

.

. . . . Entrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Deux

.

. . . . Plat du jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chairs

.

. . . . Dessert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tendres

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A consommer rapidement

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Sans adresse

.

.

.

.

– – – – – – – – – – – – – – – – je n’aime – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – nulle part

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

– – – – – – – – – – – – – – – – je n’habite – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – — – – – – – – – – – – – – personne

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Berlin Sud – Berlin Nord – une lecture possible à Lyon le 17 janvier 2012

Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln.

Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Il me plaît de passer un peu de temps avec vous maintenant pour vous dire ces textes écrits tout au long de ces mois, tout au long de ces trajets, tout au long de ces nuits blanches et noires.

Jeter un oeil aux sections BERLIN NORD et BERLIN SUD dans les CATEGORIES du blog pour une idée du ton de la soirée, ajouter mentalement les sons d’un clavier bas de gamme des années 90 http://www.youtube.com/watch?v=VuPMhuyPlrQ

.

Une étrange vidéo sur le quartier de Reinickendorf ici http://www.youtube.com/watch?v=j0Itrv3zzns

et une autre sympathique sur celui où je vis toujours aujourd’hui http://www.youtube.com/watch?v=ZMdmbGBlyW8&feature=related

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Love FAQ

.

.

.

.

. . . . . . . . . . . . . . . – . . . [ . . . Place here your question. . . ] . . . . ?

.

. . . . . . . . . . . . . . . – . . . Always more than what you think

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . always less than what you want.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

FAQ du coeur

.

.

.

.

. . . . . . . . – . . . . [ . . Placez ici votre question . . ] . . ?

.

. . . . . . . . – . . . . Toujours plus que tu ne crois

.

. . . . . . . . . . . . . . toujours moins que tu ne veux.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

BERLIN SUD BERLIN NORD une lecture possible, à Berlin le 14 décembre 2011

.
.
.
.
.
Entre 2010 et 2011, je travaillais dans un jardin d’enfants loin au nord de Berlin, à Reinickendorf, tout en vivant loin au sud, à Neukölln. 
Je transitais lors d’interminables trajets en métro entre deux quartiers populaires, pauvres, et fous, à mon oeil à la fois neuf et épuisé.

Je démissionnais au bout d’une demi-année

mais écris toujours.

Je voudrais dire maintenant une partie de ces textes écrits tout au long de ces mois, tout au long de ces trajets, tout au long de ces nuits blanches, avec les sons de Renard2000.
.
.
Poster-carte-nuage et sa notice de fonctionnement par Marta Leite.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

L’art de se vendre – c

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Notice

.

parler

.

très peu

.

bouger

.

à peine

.

battre

.

des cils

.

respirer

.

profond

.

et mouiller

.

la bouche

.

(essayer de maintenir l’esprit

vide)

.

augmente substantiellement votre potentiel magnétique

et vous fait paraître tellement (plus) intelligent

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

L’art de se vendre – b

.

Je suis en pleine parano . . . . . .  => . . . J’ai du mal à vous suivre

.

Je peux plus respirer . . . . . . . . => . . . J’ai besoin d’air

.

Il y a comme des flashs blancs qui zèbrent le brouillard

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . => . . . . Il fait sombre ici

.

Je sais que je devrais dire quelque chose mais oh je crois que je vais vomir

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . => . . . Où se trouve la salle de bain ?

.

Mon coeur explose en millier de petits lambeaux

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . => . . . Je n’ai plus besoin de toi

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

L’art de se vendre – a

.

.

.

.

. . . . . . . . . . Paraître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeune

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . de plus en plus

.

. . . . . . . . . . Se sentir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vieux

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Berlin Sud – L’amputée de la ligne 8

.

.

Comme une boule de flipper au ralenti

du fond du wagon approche

une jeune amputée défoncée

en fauteuil roulant

Droguée

ou fatiguée

elle demande

de l’argent

Elle se cogne dans chaque coin

chaque sac

chaque pied

qui dépasse

Elle te demande

de l’argent

Elle secoue

son gobelet

Coca-Cola

dans sa main

et les piécettes

appellent d’autres piécettes

.

Elle balbutie, elle plane

elle ne regarde rien

ne voit pas les fantômes

entourer son fantôme

Elle se cogne inlassablement

dans chaque jambe

qui dépasse

Les piécettes seules

appellent d’autres piécettes

Elle, psalmodie

son regard intérieur

hante le train fantôme

qui l’emporte

vers nulle part

vers la prochaine station

où elle revient

à la fin

elle revient

à la fin

.

Et demain matin tu la trouveras là

encore

et encore

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

South Berlin – The amputee of the line # 8

.

.

She comes

from the back

of the train

in a wheelchair

She has one leg left

lost the other somewhere

She is on drugs

or she is tired

She is asking for money

She bumps into everybody

She bumps into everybody

She is in a wheelchair

She is spaced out

or she is tired

She bumps into everybody

She bumps into every corner

She asks for money

She asks for money

She asks for your money

.

She looks at no one

She sees only ghosts

She looks at no one

She sees . . . . ghosts

in the U-Bahn

that takes her to nowhere

to the next station

and she comes back

to the end

yes she comes back to the end

.

And tomorrow morning you will find her

again

and again

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

STILL LIFE II

.

.

. . . . On the table wide as a wooden bed

. . . . stands the vase shaped like a skull.

.

. . . . The water turned stagnant, black

. . . . where steep the flowers poisonous and dried.

.

. . . . The light of dawn filters the dust

. . . . eternally falling to cover

. . . . every thing.

.

. . . . Thus has been painted

. . . . our love.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NATURE MORTE II

.

.

. . . . Sur la table large comme un lit de bois

. . . . est posé le vase en forme de crâne.

.

. . . . L’eau a croupi, noire

. . . . où baignent les fleurs vénéneuses et sèches.

.

. . . . La lumière de l’aube filtre la poussière

. . . . qui éternellement descend recouvrir

. . . . toute chose.

.

. . . . Ainsi a été peint

. . . . notre amour.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

North Berlin – The shopping district . Märkishes Zentrum

.

If there is today an international phenomenon quite similar to the Dada movement, it has to be acknowledged in the most beautiful actions of the Teddy Boys. Same contempt for art and bourgeois values, same refusal of ideologies, same will to live.

Raoul Vaneigem, Traité de Savoir Vivre à l’Usage des Jeunes Générations, 1967

.

.

How strange : it is the same brand banners all over the world, but not the same people inside.

An old woman in a woolen coat hairy like an old blanket stretches her brown skai booted legs in the McCafe.

In the deserted H&M, a saleswoman from the Chinabox stand, red costume matching her cap, is about to try an evening dress on.

The manicure business is flourishing. A masked man works on the nails of a woman with long and now blond dry hair.

Christmas is on its way ; Real is filling up with pensioners. The queue is growing in the LIDL.

On the central concrete square, the children are playing with the snow. Two men take joyfully a giant plastic Santaclaus out of a stairwell and put it by the sausage stand.

Three men in their anoraks, emptied frozen exhausted stares, are hanging around for some traffics in front of Bijoux Brigitte.

One of them shelters in his black down jacket a puppy wolfdog.

At the entry n°3, like an interlude, the sky is moving forward, quite majestic, in pale grey and pale blue.

At Rossman, perfume samplers are given away for a special offer : “Bruno Banani, not for everybody”.

.

Raoul, the Teddy Boys have changed their leather for down jackets, and the wolves have turned into dogs.

They shiver under the black feathers of a black fate.

.

But there is no fate,

.

and all is snow

All will be snow tonight

All is snow and all will be.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Berlin Nord – La zone commerciale . Märkishes Zentrum

.

S’il existe aujourd’hui un phénomène international assez semblable au mouvement Dada, il faut le reconnaître dans les plus belles manifestations de blousons noirs. Même mépris de l’art et des valeurs bourgeoises, même refus des idéologies, même volonté de vivre.

Raoul Vaneigem, Traité de Savoir Vivre à l’Usage des Jeunes Générations, 1967

.

.

Comme c’est étrange : ce sont les mêmes enseignes partout dans le monde, mais pas les mêmes personnes à l’intérieur.

Une vieille dame en manteau de laine poilue comme une vieille couverture étend ses jambes bottées de skai marron dans le McCafé.

Dans le H&M dépeuplé, une vendeuse du stand China Box, costume rouge assorti à sa casquette, s’apprête à essayer une robe du soir.

Le commerce de manucure est florissant. Un homme masqué travaille les ongles d’une femme aux longs cheveux désormais blonds et secs.

C’est bientôt Noël ; Real fait le plein de retraités. La queue grandit dans le LIDL.

Sur la place centrale de béton, les enfants jouent avec la neige. Deux hommes sortent joyeusement un Père Noël géant en plastic d’une cage d’escaliers et le posent à côté du stand saucisses.

Trois hommes en anoraks, regards vidés de fatigue et de froid, squattent pour quelques trafics devant Bijoux Brigitte.

L’un d’eux abrite dans sa doudoune noire un bébé chien loup.

A l’entrée n°3, comme une entracte, le ciel avance, assez majestueux, en gris pâle et bleu pâle.

Chez Rossmann, on distribue des échantillons de parfums pour une offre spéciale : “Bruno Banani, not for everybody”.

.

Raoul, les blousons noirs se sont transformés en anoraks, et les loups en chiens.

Ils grelottent sous les plumes noires d’un noir destin.

.

Mais il n’y a pas de destin,

.

et tout est neige

Tout sera neige ce soir

Tout est neige et tout sera.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

Paroles (sans musique)

.

.

. . . . . . . . . . Nos vies sont désormais indépendantes :

. . . . . . . . . . la vengeance s’avère décevante.

.

. . . . . . . . . . L’occasion était si belle !

. . . . . . . . . . J’aurais voulu être cruelle.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

South Berlin – The glasses people

.

The smoke is gradually swamping the bar, where comes and goes an ever-the-same individual

. . . . . . . . . . brown hair short cut

. . . . . . . . . . black clothes

. . . . . . . . . . thick dark frame glasses.

Like a complex tapestry of mirrors, the room multiplies the same

face facing the same face

staring at the same

mouth pressed against the mouth

sucking the Self.

.

How far ? Thought I, my heart filling with sincere nausea,

How much of the reflection can be drunk,

what is that thirst ?

Where goes the meaning of desire if it is not of the other ?

And why is that frightening me so ?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

Berlin Sud – Les lunettes réfléchissantes

.

La fumée envahit peu à peu le bar, où entre et sort un individu toujours semblable

. . . . . . . . . . les cheveux châtains coupés courts

. . . . . . . . . . les vêtements noirs

. . . . . . . . . . les lunettes aux montures sombres et épaisses.

Comme tapissée de miroirs complexes, la salle me multiplie des mêmes

dont les visages se font face

se regardent

où les bouches se collent

aspirent le JE.

.

Jusqu’où ? Me dis-je, la nausée montant sincèrement dans mon coeur,

jusqu’où le reflet peut-il être bu,

quelle est cette soif ?

Quel sens prend le désir si ce n’est pas de l’autre ?

Et pourquoi cela me fait-il si peur ?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

South Berlin – Nicholas

.

It is 3 in the morning in a bar about to close.

.

Nicholas enters to sell his newspaper, finishes his rounds.

.

You say : “Comme c’est doux à mes oreilles”. You tell us how the word “raton laveur” is amusing.

.

Nicholas lives probably in the streets, in abandoned places.

.

You say that your favourite word is “tintamarre”, but that the funniest is “chauve souris” ; a mouse that is bald ! you repeat, laughing.

.

Nicholas speaks French with the slowness of alcohol ; words are detaching themselves like in a wonderful theatre.

.

You introduce us to the word “affourager”. I know that we will always have it with us, that it will always call you back to us.

.

Nicholas will go back to Swabia, to take care of an ill mother too poor to be of any interest to the State.

.

You say that you don’t love her, and that she does not love you either.

.

“Mon coeur palpite” resonates while Nicholas disappears in the dark.

.

You told me that you could only make poetry if you were addressing it to someone.

Will you write to me from Swabia Nicholas ?

I am longing for the day, I want to see the day

where the funambulist people,

surviving on torn apart ropes,

this mass of humans so intelligent, so subtle, so gentle,

wrecked,

invisible,

absent from the books, the museums,

will rise, and shine.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Berlin Sud – Nicholas

.

Il est 3 heures dans un bar qui va fermer.

.

Nicholas entre vendre son journal, finir sa tournée.

.

Tu dis : “Comme c’est doux à mes oreilles”. Tu nous racontes combien le mot “raton laveur” t’amuse.

.

Nicholas vit probablement dans la rue, dans des endroits abandonnés.

.

Tu dis que ton mot préféré est “tintamarre”, mais que le plus drôle est “chauve souris” ; une souris qui est chauve ! répètes-tu en riant.

.

Nicholas parle français avec la lenteur de l’alcool ; les mots se détachent comme dans un merveilleux théâtre.

.

Tu nous fais découvrir le mot “affourager”. Je sais que nous le garderons toujours, qu’il nous rappellera toujours à toi.

.

Nicholas va retourner en Souabe, prendre soin d’une mère malade mais trop pauvre pour intéresser l’Etat.

.

Tu dis que tu ne l’aimes pas, et qu’elle ne t’aime pas non plus.

.

Nicholas nous lance “mon coeur palpite” en disparaissant dans le noir.

.

Tu m’as dit que tu ne pouvais faire de la poésie que si tu l’adressais à quelqu’un.

M’écriras-tu de Souabe Nicholas ?

J’attends le jour, je veux voir le jour

où le peuple de funambules,

survivant sur les fils cassés,

cette masse d’humains si intelligents, si fins, si doux,

broyés,

invisibles,

absents des musées et des livres,

se relèvera, se révèlera.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

MaGiC WaND

.

.

. . . . . . . . . . . Sex

. . . . . . . . . . . . . . . . turning lovers

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . into

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . strangers

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Central Berlin – The cinema

.

Saturday night, at the film theatre,

a Japanese movie – Kurosawa.

The room is full. Darkness. With a regular flow, late people come in.

Shcrumpf, opening of the first packet.

One after the other, taking over. Pshiiit, cola, apfelschorle, lemonade…

Shcrumpf shcrumpf, my right neighbour opens an aluminum wrapping, and bites.

Pshittt.

Shcrumpf shcrumpf, our left neighbour digs in a bag of sweets

shcrumpf, and one more.

My right neighbour strokes frantically her long black hair with her right hand

opens her bag.

Shcrrrrrumpf shcrumpfffff, and one more on the Nô sequence.

A blind man followed by a friend enters and search for a seat.

Strokes frantically her long black hair with her left hand.

In the back, a young woman presses the space key of her laptop to send the English subtitles at every dialog change.

Shcrumpf.

Strokes frantically her long black hair with her right hand.

The blind man leaves the room. A woman from the back comes and takes his seat.

Pshiiit.

In front of us, the snow is falling, sublime, on a blue landscape.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Berlin Centre – Le cinéma

.

Samedi soir, la cinémathèque,

un film japonais – Kurosawa.

La salle est pleine. Obscurité. Avec un débit régulier, des gens en retard viennent s’installer.

Schcroumpf, ouverture du premier paquet.

Chacun son tour, prend le relais. Pschiiit, soda, cola, jus de pomme, limonade…

Schcroumpf schcroumpf, ma voisine de droite ouvre un emballage d’aluminium, et croque.

Pschittt.

Schcroumpf schcroumpf, notre voisin de gauche pioche dans un sachet de bonbons

schcroumpf, et encore un.

Ma voisine de droite caresse frénétiquement ses longs cheveux noirs de sa main droite

ouvre son sac.

Schcrrrrrrroumpf schcroumpfffffff, et encore un sur la scène de Nô.

Un aveugle suivi d’une amie entre et cherche une place.

Caresse frénétiquement ses longs cheveux noirs de sa main gauche.

Au fond de la salle, une jeune femme appuie sur la barre espace de son ordinateur pour envoyer les sous-titres en anglais à chaque changement de dialogues.

Schcroumpf.

Caresse frénétiquement ses longs cheveux noirs de sa main droite.

L’aveugle quitte la salle. Une femme assise au fond vient prendre sa place.

Pschiiiit.

Face à nous, la neige tombe, sublime, sur un paysage bleu.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

South Berlin – The rock concert

.

Psychedelic Japanese over forty

it should have gone all fine.

.

The space is completely full, of Americans, of various Europeans, of Germans. There is no stage and the Japanese are small. I find a rift in the human wall. Between a shoulder and a breast, Kawabata Makoto unfurls its magnificent black lion hair.

Two Germans of maybe 1m95 shove the first rows. They look at each other, laugh in a grunt then shake their neck covered with long flat hair.

Alas, the spell is broken : the individuals in the audience are waddling for me now in a pathetic attempt to prove to themselves their enthusiasm.

Compelled by the giants, thin locks regularly whipping my naked arm, I cannot close my eyes to this sinister dance anymore,

and I see escaping the promise of an intergalactic journey to reach the less welcoming shores of a paranoid trip against a background of occidental society decline.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Berlin Sud – Le concert rock

.

Des Japonais psychédéliques ayant dépassé la quarantaine

tout aurait dû bien se passer.

.

La salle est tout à fait pleine, d’Américains, d’Européens divers, d’Allemands. Il n’y a pas de scène et les Japonais sont petits. Je trouve une faille dans le mur humain. Entre une épaule et un sein, Kawabata Makoto déploie sa magnifique tignasse de lion noir.

Deux Allemands avoisinant les 1m95 bousculent les premiers rangs. Ils se regardent, rient en grognant puis secouent leur nuque recouverte de cheveux longs et plats.

Hélas, le charme est brisé : les individus du public se dandinent pour moi désormais dans une pathétique tentative de se prouver leur enthousiasme.

Contrainte par les géants, des mèches fines fouettant régulièrement mon bras nu, je ne peux plus fermer les yeux sur cette danse sinistre,

et je vois s’éloigner la promesse d’un voyage intergalactique pour atteindre les rives moins accueillantes d’un trip paranoïaque sur fond de déclin de la société occidentale.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Double Bind 2

.

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  F u c k . . . . . . . . . . . . . . . . i n g . . . . . . . . . . . . w i t h

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N o t . . . . . . . . . . g i v . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . a

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Plagétrange

.

J’ai trouvé

dans une coquille d’humain

une perle mécanique.

.

Une de plus à enfiler

sur ma corde

qui vibre de l’éternel chant

« Est-ce déjà la fin, est-ce déjà la fin ?

Etait-ce donc tout ce qu’il y avait à vivre ? »

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

The Wishers’ Club – Before autumn’s menu

.

. STARTER . . . . . . . . . . . . . An unbreakable glass heart

.

. TODAY’S SPECIAL . . . . . . The magic hammer to smash it into pieces

.

. DESSERT . . . . . . . . . . . . . . The crisp iridescent flavoured splinters of life exploding

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Crunch more, more, more !

.

.

.

.

.

.

..

.

.